MélancoliewebEn partenariat avec l'association Fouras-les-Films et les Escales documentaires, nous vous présentons le film documentaire "Mélancolie des beaux jours" de Hongki Lee (France, Corée du Sud, 2013, VOSTFR) vendredi 29 avril à 20h30. Entrée gratuite. Nombre de places limité ! Nous aurons l'honneur d'avoir la présence Miye Kwon, étudiante coréenne en Arts Plastiques et en Français. Elle interviendra sur le film pour nous faire découvrir un peu plus son pays au travers des questions du public sur le film.   [Extrait du site http://www.coreemagazine.com ] Récompensé du « Grand Prix du Jury » à l’unanimité au Festival Focus Corée 2014, le documentaire « Mélancolie des beaux jours » de Lee Hong-Ki est un coup de cœur pour la rédaction de Corée Magazine. Splendid but Sad Days : la mélancolie des beaux jours Baie de Suncheon, Corée du Sud. Dans l’une des plus belles régions du pays, un deuil. Woo-suk Yun, septuagénaire, pleure pour la première fois en soixante-dix ans. Les premières images, très poétiques, annoncent la fin de l’histoire comme son commencement. Dans un retour vers le passé, nous retrouvons Woo-suk Yun avec son mari. Il est maigre, affaibli par la maladie. Car son mari est alcoolique depuis bien longtemps et n’a plus de capacités physiques pour travailler. Nous découvrons ainsi une femme d’une force incomparable qui tente de survivre avec un compagnon de vie incapable. Dans un pays encore porté par un certain machisme dans les positions familiales, Woo-suk fait face et abat toutes les tâches : celles qui incombent à une femme – ménage, cuisine, enfants – ; et celles qui incombent à un homme – pêcher, vendre le poisson, travailler dans les champs -. Nous suivons ainsi cette femme courage au gré des saisons. Son mari ne prend guère conscience des efforts éreintants fournis par sa femme. Pourtant, celle-ci ne cessera de lui rappeler la dure vie qu’il lui impose. Et comme un sursaut de lucidité, celui-ci tentera à de très rares occasions de l’aider. Mais il est déjà trop faible et sa vie s’essoufle...  la suite sur le site Corée Magazine